Atelier II : La citoyenneté

Dans le processus d’appropriation des Droits de l’Homme, la citoyenneté occupe une place déterminante, en tant que support juridique (le citoyen est un sujet de droit), mais aussi en tant que source de la légitimité politique (le citoyen est membre d’une société, une « communauté politique » qui transcende sa condition d’individu ou de membre d’un groupe ethnique ou culturel).

Les objectifs attendus de cet atelier  comportent un aspect « conceptuel » et un aspect « procédurier ».

L’aspect conceptuel appelle l’identification des obstacles socio-culturels et politiques empêchant une intégration « normale » et « naturelle » de l’idée de la citoyenneté dans le processus de socialisation (au sens intégral).

Au niveau procédurier, par contre, l’approche consiste à examiner les modalités pratiques permettant, entre autres, la meilleure intégration possible de l’idée de citoyenneté dans le processus d’appropriation des Droits de l’Homme, l’appropriation de la citoyenneté (en tant que condition et en tant que valeur) par les acteurs du développement social, l’acquisition des valeurs appartenant à l’univers axiologique de la citoyenneté (reconnaissance réciproque, égalité, autonomie…) par les destinataires des politiques du développement social, comme condition nécessaire de la durabilité de ces politiques…   

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*