7 décembre 2022
  1. 1.     Mr Said Bennis : Politique linguistique et gestion du plurilinguisme au Maroc

En premier lieu, l’intervenant a mis le point sur la diversité linguistique en distinguant entre langue officielle, langue parlée  et langue étrangère.

Comment gérer cette pluralité linguistique ?

Dans ce sens, l’intervenant a distingué entre trois types de gestion :

Gestion immédiate réelle, gestion spontanée et gestion institutionnelle.

En ce qui concerne la diversité culturelle, l’intervenant a souligné deux axes :   

 1- la possibilité de constitutionaliser les langues, et faire de la langue Amazigh une langue officielle

 2- le bilinguisme culturel

Il a signalé que le problème de langue est lié au contexte spatial ou le régionalisme linguistique.

Il a aussi parlé du principe de la personnalité  dans le domaine de la langue en évoquant l’exemple du canada.

A la fin, il a conclu que la diversité linguistique est primordiale et que les politiques publiques doivent prendre l’itinéraire institutionnel constitutionnel et réel.   

  1. 2.     Mr Abderrahim El Maslouhi : Les mutations de la citoyenneté au Maroc au prisme des nouveaux droits

L’intervention de Mr El Maslouhi portait sur la transformation de la citoyenneté au Maroc à travers la transition culturelle, matérielle et droit civil.

Ensuite il a précisé que la transition au Maroc n’a pas pu dépasser les droits matériels par ce que les politiques publiques n’étaient pas soutenues par le pouvoir économique. C’est pourquoi les marocains réclament plus de sécurité économique et matérielle. 

En outre, l’intervenant a aussi abordé la théorie du penseur allemand Habert Mass relative à la nationalité constitutionnelle en référence aux droits post-citoyenneté.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *